Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

08/01/2010

SOULOUMIAC


 

 


Cette ferme ruinée, objet de notre quête un dimanche après-midi, atteinte après maintes péripéties,

ferme quasi magique, née de son terroir au milieu des bois, îlot de pierres où l’on accède par un chemin confidentiel, frayé par les chasseurs et les promeneurs.


Cette bâtisse perdue, au nom étrange, venant peut-être du latin solemnis : « consacré, solennel » je dois dire que cette définition m’enchante.

DSCN1946.JPG

 

Et si, depuis la nuit des temps Souloumiac était consacrée à une divinité ! tel un lieu de culte ancien et de fêtes solennelles, hommage à Lupercus, dieu et protecteur contre les loups des troupeaux, ces loups qui hantaient les bois alentour.

Dans un très beau livre écrit avec beaucoup de sensibilité et très documenté, Clément Martin, à qui je dois mon engouement pour Souloumiac, relate, une bataille entre un loup et un chien dressé à combattre ce fauve en 1873.

Oui, les dieux rustiques et antiques errent encore dans  ces bois….et…au détour d’un sentier laissent leur empreinte mystique.

C’est tout naturellement qu’une ferme consacrée à l’élevage d’ovins et à la gloire des fruits de la terre leur ait succédé,

cette terre nourricière et rebelle, des générations s’y sont frottées, tous unis par le travail et la solidarité.


La vie à Souloumiac y était généreuse ; bien nourris, bien traités, chacun cohabitant en bonne entente : maîtres, metayers ou simples bergers, tous âges confondus,

des lignées entières de familles lui ont donné leur travail, leurs forces, leur fidélité afin que se perpétue cette fête de la récolte, celle des troupeaux, celle plus tardive de la soie ; celle enfin éternelle de la fraternité malgré, et peut-être surtout à cause de la rudesse de la vie et le labeur harassant de chaque jour.

 

Aux Dieux païens, a succédé le Dieu Chrétien, les célébrations, les fêtes se tournaient vers un Dieu autre mais toujours bienfaiteur à qui l’on dédiait ses joies, ses peines, ses heurs et malheurs sans récriminer, avec action de grâce.


Ici, les hommes étaient restés les mêmes, préservés par les bois à la fois amicaux et dangereux. Ces bois qui recouvraient, dès que le travail de l’homme se relâchait les terres vouées à la culture, mais fournissaient aussi le chauffage, les charpentes solides qui accueillaient les tuiles rousses.


Pourtant, un jour,

vaincue par un changement de vie ? De mentalité ? de vitalité ? Le modernisme ?

 

La ferme petit à petit s’est étiolée, vidée de ses habitants, finies les récoltes, les troupeaux dans la bergerie, finie la voix de l’enfant, de l’aïeul, l’appel des bergers….. la voilà restée pendant des décennies ouverte à tous les vents, à tous les occupants de passage plus ou moins respectueux : marginaux, rares troupeaux en transhumance..


La bâtisse souffrante était cependant toujours debout, ne demandant qu’à ranimer ce souffle de vie qui bat encore en elle, réouvrir les yeux vides de ses fenêtres, revêtir de tuiles sa charpente rustique et encore solide,

enfin,

revoir jaillir la joie, la tristesse, les rires, les appels, les cris, les chants, les pleurs , tout ce qui est l’essence de l’existence humaine.

Peut-être… peut-être ...je ne sais !

mais lors de notre visite un portail neuf fermait la cour, une voiture devant la porte

Des voix humaines faisaient espérer……espérer….espérer……

 


Journée d'hiver, de neige, journée à rester dedans, devant l'ordinateur ! mon petit texte est prêt, je devais demain aller faire quelques photos mais, je vous les promet dès que les chemins seront praticables , je n'ai pas pu résister au plaisir de partager avec vous ces quelques lignes.

Documentation spécifique  : Clément Martin - "La garrigue et ses hommes"

 

13:57 Publié dans Rêveries | Lien permanent | Commentaires (12)

Commentaires

Je sais qui est le propriétere.. ils ont du bon vin

Écrit par : Bram | 23/04/2011

J'aime ces vieux jeu bâtiments médiévaux, ils sont beaucoup mieux que les gratte-ciel de notre temps.

Écrit par : casino en ligne | 08/07/2011

c est un endroit magnifique qu il faut garder

Écrit par : bayle | 08/05/2012

Souloumiac oh que je connais !!! j'y allais enfant et adolescente, avec mes parents, mes frères, le cheval, la charette .... mon grand-père y était berger à une époque, dans les années 20 ou 30. Ma mère y venait, de Nîmes, pour faire quelques travaux (matelas par exemple .....)
J'y suis retournée des centaines de fois après.
C'est une ancienne ferme comme il en existait et en existe encore patout.
Broder tout autour est bien un luxe il me semble. Comme partout ailleurs oui, des gens, des générations ont vécu.....
La ferme est définitivement fermée, le portail évite, un peu, les vols de pierres, de tuiles, d'auges, etc ... porte de four ...
La voiture était soit des curieux, soit les propriétaires venus voir si rien d'important ne s'était passé.
La vie n'est plus. Ne rêvons pas !!

Écrit par : Tzigane | 27/06/2012

Quelle belle histoire !
Merci à Bram ou à Bayle ou à) toute autre personne connaissant le propriétaire de me donner ses coordonnées.
Bien à tous.

Écrit par : Alain | 20/08/2012

J'aimerais bien savoir comment visiter ce lieux qui porte mon nom... quelqu'un peut me donner plus de précisions ? Merci d'avance...

Écrit par : souloumiac | 11/09/2013

je ne saurais exactement vous dire comment y arriver - je sais que c'est vers Goudargues mais j'y ai été amenée nous ne l'avons trouvée qu'après maintes péripéties au milieu des chemins forestiers - je suis désolée

Écrit par : denyse | 12/09/2013

je ne saurais exactement vous dire comment y arriver - je sais que c'est vers Goudargues mais j'y ai été amenée nous ne l'avons trouvée qu'après maintes péripéties au milieu des chemins forestiers - je suis désolée

Écrit par : denyse | 12/09/2013

Bonjour.

Cette ferme est trés facilement accessible depuis le hameau de Frigoulet situé à 3 km de Goudargues, c'est indiqué depuis Goudargues. Une fois a Frigoulet, au stop, prenez à gauche et garez vous 20m plus loin sur le parking. De là, remontez la rue et tournez a droite, apres 50 m, une piste DFCI part vers la gauche, Souloumiac est indiqué. Marchez plusieurs km, restez toujours sur la piste, il existe de jolis sentiers pour y acceder aussi mais il faut connaitre. Au bout de plusieurs km, il y a un premier croisement, restez sur la piste principale, vers la gauche. Vous arriverez ensuite dans une forêt de pins et sapins, avec un autre croisement, prendre encore a gauche. Puis toujours tout droit. Les propriétaires sont des gens qui souhaitent véritablement garder intact ce lieu magnifique, d'où le portail. Quand nous y allions enfants, il n'y en avait pas, au lieu de ça, il y avait même une pancarte de bienvenue, mais suite à des vols, des dégradations, les propriétaires n'ont pas eu le choix.

Aujourd'hui encore, des travaux ont étaient réalisés, restauration du toit, et de plusieurs pièces à vivre, comme je le disait plus haut les propriétaires sont trés attaché à cet héritage de nos anciens, alors il est important de respecter ce lieux. Bonne promenade.

Écrit par : Frigoulin | 06/01/2014

bonjour

je suis un descendant des proprietaires de soulomiac

un de mes arrieres arrieres grands peres comme c etait la coutume autrefois n etant pas le fils aine partit s etablir a cote de goudargues

le mas a connu la meme famille proprietaire depuis 1693 acquis par mariage la famille actuelle possedant le mas ne porte plus le nom de ma famille mais ,par mariage successif le nom des propriaitaires a change

le dernier propriaitaire a porter le nom de famille etait une fille laquelle c est mariee et ainsi de mariage en mariage la famille actuelle est devenue les propriaitaires de ce lieu charge d histoire familiale c est une ferme typique gardoise
souvent en vacanse j allais monte sur le plateau voir cette ferme et cela me desolais de la voir se faire piller je pense cette ete monte la voir est respirer se lieu que mes ancestres on travailles peniblement pendant des generations cette terres rencontrant joies et peines

la complainte de soulomiac belle histoire si vous le desiraez je pourrai vous la raconter

cordialement a tous les amoureux de soulomaic ou plus exactement solomiac


gilles

gilles


gilles

Écrit par : gilles | 12/01/2014

Je raconte les histoires qui sèment nos sentiers de randonnée enfin j'essaie surtout en respectant l'authenticité. La vôtre m'intéresse, mardi dernier nous étions à Solomiac au mas de la Quiquière. Je souhaite la découvrir. Merci d'avance.

Écrit par : Marie-Paule LYON | 06/03/2014

je vous remercie pour votre commentaire - j'aime moi aussi les histoires plus ou moins romancées sur des lieux qui ont "une présence" particulière tel que Souloumiac - je vous conseille de vous procurer de Clément Martin - "La garrigue et ses hommes " - je vous souhaite beaucoup de belles randonnées

Écrit par : denyse | 08/03/2014

Les commentaires sont fermés.