Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

07/12/2009

La Camargue en automne

 

 

 

La Camargue en Automne

 

C'est par une triste journée de décembre, humide, où l'envie de rester à la maison devant la cheminée est la plus forte que les moments de soleil reviennent en tête et éclaircissent pour un temps la grisaille ambiante.

Un souvenir déjà !

DSCN1788.JPG


 

Et pourtant c'est pendant une belle journée de cet automne flamboyant offert par  novembre comme un dernier cadeau d'un été qui ne veut pas mourir.

Une balade en Camargue à vélo -

Oh ! pas la Camargue des touristes, ils sont partis, .mais celle des initiés, celle des amoureux de ce pays DSCN1795.JPGoù l'eau et le ciel se marient à l'infini, cette terre salée, pauvre, âpre et mouvante DSCN1796.JPGqui dans la lumière automnale, tendre, adoucie, essaie de faire pardonner la cruelle et dure sécheresse de l'été qui crevasse les sols, le soleil ardent reflété par le miroir des eaux et le manque d'ombre

DSCN1797.JPG

 

 

quelques oasis de pins parasols, de maigres tamaris mises à part .Cette Camargue qui ouvre pour nous ses horizons infinis, ses vastes étangs, son paysage si étrange et unique..


 

Nous partons sur de petites routes bordées de roseaux, des étangs s'étalent autour de nous,DSCN1801.jpg

DSCN1800.jpg

 

DSCN1798.jpg

, des milliers d'oiseaux, cormorans, mouettes...et, merveille un héron blanc !


DSCN1791.JPG





là, toute une colonie de flamands roses, et une multitude d'autres espèces dont je dois l'avouer le nom m'est inconnu!
RSCN0564.JPG



 

Et si nous croisions "la bête du Vaccarès" ! dont l'histoire est racontée dans une magnifique ode à la Provence écrite dans cette langue si chantante par Joseph d'Arbaud et traduite en Français pour tous les amateurs authentiques de la vie, des traditions et de l'âme de ce pays si particulier rude et attachant à la fois.

Bête mytique, symbole de la Camargue mystérieuse, sauvage qui peu à peu à l'image de la bête en danger , va se fondre au fond du magnifique étang du Vaccarès dans le bois des Rièges et s'y cacher pour y mourir ? pour s'y régénérer ? en attendant que les amoureux de plus en plus nombreux et respectueux l'aident à éliminer tous les poisons qui y sont déversés, insecticides, pesticides métaux lourds  venant du Rhône  ....... Cependant un espoir le Parc Naturel Régional de Camargue,prouve que les autorités ont pris conscience de ce péril et essaient de préserver ce qui peut l'être encore.

Notre périple à bicyclette continue, nous prenons la piste de la digue à la mer, un petit vent marin s'amuse à contrarier notre avance,

des ornières nous font louvoyer, mais le plaisir est là , seuls, au bout du monde, le goût du sel sur les lèvres, au soleil, nous pédalons heureux.

Un artiste anonyme nous gratifie de sculptures originales.

RSCN1812.JPG

 

Les tamaris rougissent de plaisir sous la caresse du soleil et du vent ; petites haltes, une photo, DSCN1804.JPGDSCN1804.JPGtrès peu ! un petit remontant (barre de céréale bien entendu !) et hop en selle ! le trajet est encore long, le crépuscule arrive vite en novembre.

Ah ! savourer l'instant présent les yeux et le coeur pleins de cette poésie déclamée à pleine voix auprès des ruines de l'abbaye de Tourvieille !

La piste, le sable durci, et, soudain, ouf ! à nouveau la petite route bordée de roseaux, de prés où paissent, paisiblement, loin de l'horreur de la corrida des taureaux de combat.

RSCN1813.JPG

Mais le soir tombe, il faut pédaler de plus belle, laisser derrière nous toute cette magie en se promettant de revenir bien sûr !! au printemps pour la nidification, faire un autre parcours et y voir nombre chevaux et taureaux de Camargue élevés eux pour des jeux moins sanguinaires.

Les commentaires sont fermés.