Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

11/11/2008

les biscuits à l'anis de Marie

voilà le texte que m'a fait parvenir une de mes amies dans un mail je n'ai pas pu résister au plaisir de le faire figurer dans mon blog dédié à l'amitié et à la convivialité !


Oui je suis gourmande de biscuits à l'anis, pour le petit dèj , j'aime ça c'est une très ancienne recette qui date encore au delà de mon arrière grand mère, et dont la tradition s'est perpétuée même ma fille veut transmettre cette tradition de famille italienne. Ma mère faisait ces biscuits à pâques en quantité astronomique qu'elle allait faire cuire dans le four du boulanger de la place aux herbes sous les arceaux l'ancienne "coopérative" Une année la boulangère avait fait carboniser les deux plaques de biscuits, j'ai cru que ma mère allait pleurer de déception - Car elle ne les faisait pas seulement pour ses enfants mais pour toute la famille: oncles, tantes, neveux, nièces, amis, voisins. C'était du boulot car moi j'ai fait des biscuits tout simples, mais elle c'était en forme de : cloches, cœur, poissons, paniers, poussins. Elle faisait durcir des œufs que mon frère ainé décorait en les peignant de toutes les couleurs avec différents motifs c'était très beau, on plaçait chaque œuf au milieu du gâteau qu'on faisait tenir avec une bande de pâte tressée - Ma mère était une femme qui se faisait plaisir en faisant se régaler tout le monde; il suffisait qu'une voisine passe devant chez nous et dise: Hummmmm !!! ça sent bon chez vous, c'était radical la voisine repartait avec le plat du jour : couscous, cannellonis, ragout, pizzas, raviolis à la brousse fait maison etc. etc.. Ca rend nostalgique les souvenirs d'enfance, je me rappelle le lait frais que tous les matins on allait cherché chez Mme Néné "la laitière" de la place aux herbes avec le pot au lait. Ma mère le faisait bouillir le soir et le lendemain matin la couche de crème c'était le beurre pour les tartines pour le café chacun son tour on avait le privilège de moudre le café avec l'ancien moulin qu'on tournait à la main . Souvent pour les repas du soir une lampe à pétrole posée sur la table était le seul éclairage, ça rendait une lumière douce -
Le cauchemar était lorsqu' il fallait aller chercher dans une cave très obscure, habitée par les souris: le charbon qui alimentait la cuisinière en fonte et servait également de chauffage.

Commentaires

Mais que fait donc la mairie?
Si
Annie a mangé tous les bonbons à l'anis alors il me reste un gout anisé et puis c'est tout!

Écrit par : taratrin d'Uzés | 11/11/2008

Ben voilà comment un maîl particulier se retrouve sur le blog de joséphine (et toc) elle me comprendra
Non non je vous assure c'est réel ce n'est pas tiré de germinal. C'est une tranche de ma vie d'enfance, j'en ai des plus anciennes "le camp de réfugiés en Italie" entre autres peut être qu'un jour je me déciderai à le partager avec vous. Annie n'a pas mangé tous les biscuits à l'anis, biscuits Taratrin pas bonbons, il y en a encore, pas de soucis. YAKA demander. Au fait Taratrin?????d'Uzès ou de Tarascon?.... Ha quelle belle journée, je ne vous en dit pas plus, pour aujourd'hui. Merciiiiiii Eugénie pour ce retour aux sources fantastique.

Ceci dit je dois dire qu' à travers le récit "les jardins de mon enfance" de notre chère amie Denyse il se dégage une émotion que vous avez dû tous ressentir comme moi, je le lis comme on écoute une musique sacrée qui éveille une émotion indescriptible. Donne nous encore du plaisir comme ça on s'en délecte.

On est branchés sur Radio Nostalgie là, mais c'est bon.

Marie

Écrit par : Marie | 12/11/2008

C'est le blog des nostalgies, mais j'avoue cela me plait assez.
Très beau texte de Marie!

Écrit par : Tartarin d'Uzés | 13/11/2008

Les commentaires sont fermés.